08 octobre 2007

Soit dit en passant

En cours : Ursula le Guin, les Dépossédés.

Bon, ma mère ayant pris la peine de se construire trois pseudos différents pour réclamer le retour de son blogueur préféré, je me sens obligé de reprendre mes contributions éclairées à l'enrichissement intellectuel du web 2.0 qui n'avait pas besoin de ça, le pauvre...

Alors, puisque d'aucuns auraient pu croire "Au dessus de Chiba" mort et débranché, quelques mots sur un excellent roman de SF, plutôt atypique : Passages, de Connie Willis, dont j'ai du vanter, autrefois, le très spirituel Sans parler du chien.

passage
On peut, sans trop se tromper, émettre l'idée que Passage est beaucoup moins humoristique que ce dernier. Il raconte la vie de deux chercheurs en milieu hospitaliers, un neurologue et une psychologue, qui tentent de percer les secrets des expériences de mort imminente (EMI), les Near death experiments. Mais le roman est à mille lieu du sensationnalisme du type l'expérience interdite. Au contraire, même, puisqu'il oppose aux deux protagonistes une sorte de charlatan féru de thèses mystico-paranormales.

Si tout élément de fantastique est totalement absent du roman, on hésite aussi à le classer du côté de la SF, tant les hypothèses scientifiques ou la technologie mises en scène semblent proches de notre monde réel (pour autant que je puisse en juger, mes connaissances en neurosciences et en imagerie médicale étant plus que limitées).

Le sujet une fois dépouillé de toute théorie fumeuse, de tout sensationnalisme, que reste-t-il ? Un roman de près de 900 pages (édition de poche, la précédente étant sortie en deux volumes) qui décrit par le menu la vie quotidienne dans un grand hôpital, la mise en place d'une expérience médicale avec un protocole sérieux, un long développement passionnant sur la notion de métaphore, tant en littérature qu'au niveau du fonctionnement du cerveau, des personnages attachants (les femmes davantage que les hommes, qui sont traités de façon un peu caricaturale, mais bon, on se consolera en relisant l'intégrale du cycle de Gor), une grande discussion sur les catastrophes et leur signification dans l'histoire...

Et quelque chose qui s'apparente à l'exercice de style réalisé avec brio : des centaines de pages pendant lesquelles il ne se passe rien, ou juste la routine, où l'action semble stagner, et pourtant, Connie Willis ne lasse jamais le lecteur (j'exagère un peu : j'ai du sauter quelques pages par-ci par-là, mais sur l'ensemble du roman, ça reste anecdotique). Mieux encore, sa façon un peu lente, un peu répétitive de décrire par le menu les actes les plus anodins de ses personnages contribuent à faire entrer le lecteur dans l'univers de cet hôpital, grosse machine bureaucratique à moitié folle, d'une inertie décourageante, et cela rend le quotidien des protagonistes beaucoup plus palpable, beaucoup plus terre à terre, ce qui produit un contraste saisissant avec les enjeux au coeur du roman : comprendre la mort et tenter de la vaincre, ou tout au moins de la repousser.


J-F S.

Posté par J_FS à 08:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Soit dit en passant

    Passages

    @ Fred : D'accord avec toi sur Mandrake, un peu trop caricatural pour accroché vraiment le lecteur. Mais la répétition des déplacements dans l'hôpital, leur description méticuleuse, limite maniaque, fait justement partie de ce qui, pour moi, donne une vraie substance, une vraie épaisseur à l'univers décrit. Cependant, je comprends qu'on puisse trouver ça gavant !

    Posté par JFS, 12 novembre 2007 à 22:57 | | Répondre
  • Ouaips !

    Onomatopée qui salue le retour d'un bloggueur bien trop absent [vive ta maman] et en plus pour la critique d'un de mes auteurs préférés !
    J'avais lu Passage en poche VO il y a quelques années un été, et je me souviens de jubilations et de larmes aux yeux - et je n'aurais jamais cru m'intéresser à une histoire autour du Titanic.
    Connie Willis est une grande dame - qui sait emballer les lecteurs - et si ta maman pouvait lui écrire pour accélérer la sortie de son prochain roman...

    Posté par Stillcrazy, 11 octobre 2007 à 16:12 | | Répondre
  • @ Stillcrazy

    Merci de ta fidélité
    Même avis que toi pour Passage : j'ai découvert en lisant ce roman qu'il y avait de véritables "Titanicologues", et que cette histoire de glaçon mal placée pouvait être passionnante à suivre. J'ai encore "Le grand livre", de la même Willis, dans ma pile "à lire". C'est aussi bien que le reste ?

    Question en passant : on te voit à Nantes le mois prochain ?

    Posté par JF S, 11 octobre 2007 à 23:23 | | Répondre
  • J'ai trouvé ce roman de Willis limite ennuyeux. Il ne se passe pas grand chose. 400 pages auraient suffi à décrire l'intrigue. En gros, comme dans la mythique série "Voisin-Voisine" (Boujenah disait que c'est comme dans la vie : quand un personnage dit qu'il va se faire un œuf, il se le fait, même si ça prend 10 minutes), rien ne nous est épargné, comme si le lecteur devait ressentir le même ennui que les personnages. Le pire étant 1/ les déplacements dans l'hôpital 2/ Mandrake (pas le magicien, le docteur)
    Sur la partie critique de la bureaucratie, je préfère de loin le récent "Bureau des Atrocités" de Charles Stross.
    Mais le livre le Willis réserve quelques surprises, notamment la fin, peu hollywoodienne… De là à se taper les 900 pages…

    Posté par Fred, 13 octobre 2007 à 20:32 | | Répondre
  • 1) J'ai un peu moins aimé Le grand livre, lu en français - un tout petit peu moins. Je lui préfère Remake, Bellwether, et même Lincoln's dreams, et les recueils de nouvelles. J'ai presque tout lu de la dame - il me manque des co-écritures difficiles à trouver (l'une, Promised land, est une petite chose sans prétention mais pleine de bonheur - un "Farmers in the sky" bis - à la "Uncharted Territory" de CW elle-même).

    2) Je serai à Nantes, du Jeudi au Dimanche. Yeah! )

    Anouk
    http://heinlein.freeforums.org/

    Posté par Stillcrazy, 14 octobre 2007 à 23:15 | | Répondre
  • 1) J'ai un peu moins aimé Le grand livre, lu en français - un tout petit peu moins. Je lui préfère Remake, Bellwether, et même Lincoln's dreams, et les recueils de nouvelles. J'ai presque tout lu de la dame - il me manque des co-écritures difficiles à trouver (l'une, Promised land, est une petite chose sans prétention mais pleine de bonheur - un "Farmers in the sky" bis - à la "Uncharted Territory" de CW elle-même).

    2) Je serai à Nantes, du Jeudi au Dimanche. Yeah! )

    Anouk
    http://heinlein.freeforums.org/

    Posté par Stillcrazy, 14 octobre 2007 à 23:15 | | Répondre
Nouveau commentaire